18 octobre 2021 12:23

Les relations égypto-américaines

lundi، 08 avril 2019 - 01:18

L’Égypte et les États-Unis ont noué des relations stratégiques étroites au cours de quatre dernières décennies, en tenant compte du rôle influent des États-Unis dans toutes les questions mondiales et régionales, ainsi que du rôle axial de l’Égypte au Moyen-Orient, en Afrique et dans le monde islamique. 

La coordination et la délibération demeurent de servir de dialogue entre l’Egypte et les Etats Unis sur diverses questions, notamment la question palestinienne, la situation en Syrie, au Liban, au Soudan, en Iraq et en Iran, ainsi que la lutte contre le terrorisme.

L’évolution historique des relations égypto-américaines

L’Égypte était sous le joug de l'empire ottoman quand les États-Unis avaient accédé à son indépendance en 1776, il était impossible,  donc, pour l’Egypte d’établir des relations directes avec le monde, mais les États-Unis avaient l’intention d’entretenir des relations directes avec l’Egypte, par l'intermédiaire d'un consul américain qui veillait à leurs intérêts à Constantinople.

Lorsque Mohamed Ali fut nommé  wali (gouverneur de province) d'Égypte en 1832, les États-Unis nommèrent un agent commercial en Égypte, partant de son souci d’établir de telles relations commerciales avec l'Égypte.

Dans ce contexte, le président américain Andrew Jackson avait envoyé une mission commerciale en 1834 pour voir à quelle mesure Mohammed Ali était désireux d'établir des relations commerciales indépendantes de l'empire ottoman.

Cette mission a mis en exergue la nécessité de développer les relations avec l'Egypte en augmentant le niveau de la représentation entre les deux pays. Le président américain a augmenté le degré de représentation consulaire, en même temps, Mohammed Ali a fait appel aux experts américains dans les domaines de l'agriculture et en particulier de la culture du coton, de la canne à sucre et du riz.

Le bureau consulaire des États-Unis fut ensuite établi le 28 août 1835, sous la présidence de John Geldon, un homme d'affaires anglais résidant à Alexandrie, et le Congrès a ratifié en 1841 des accords visant à encourager le commerce et à renforcer les relations avec l'Égypte.

Les relations ont continué à se développer et un consulat général fut établi en 1849 pour augmenter le niveau de représentation consulaire.

Le taux des exportations de l'Égypte vers l'Amérique dépassait plus de trois millions de dollars par an au cours de cette période, tandis que les importations s'élevaient à plus d'un demi-million de dollars.

En 1853, l’Egypte a participé à l’exposition des produits agricole et industriels  et l’exposition universelle de «Philadelphie» en 1876 et ce dans le cadre du développement des relations commerciales.

Les bonnes relations entre les deux pays a augmenté le taux d’échange commercial et encourager les Etats Unis de construire des écoles et hôpitaux en Egypte.

Le khédive Ismail a consolidé ses relations avec l’Amérique en envoyant un groupe d’officiers américains pour entrainer l’armée égyptienne.

En 1870, le gouvernement américain a approuvé la vente des armes américains à l’armée égyptienne.

En 1920 l’Egypte et l’Amérique ont ouvert une voie de navigation maritime après la fin de la 2ème guerre mondiale.

Dès l'ouverture du consulat des États-Unis en 1849 à 1922, les États-Unis ont maintenu leur représentation consulaire et quasi diplomatique au Caire via un "sous-secrétaire et consule général.

Après la déclaration de 1922 en vertu de laquelle l’Egypte a obtenu son indépendance, les Etats Unis a reconnu cette indépendance le 26 avril  1922.

En 1946, Mahmoud Pacha Hassan fut nommé premier ambassadeur en Égypte à Washington.

Le 6 juin 1967, la République arabe unie a rompu ses relations diplomatiques avec les États-Unis à la suite de la guerre de juin 1967. Le 28 février 1974, les gouvernements égyptien et américain acceptèrent d’établir leurs relations diplomatiques.

Related Stories

Les plus visités

From To