22 avril 2021 12:24

Al-Sissi évoque avec Al-Burhan le dossier des eaux du Nil et la sécurité en mer Rouge

dimanche، 07 mars 2021 - 10:11

Le Président Abdel Fattah Al-Sissi est arrivé  samedi au Soudan, et ce pour une première visite du genre depuis la formation du Conseil souverain de transition dans ce pays. Etaient à l’accueil du Président à l’aéroport international de Khartoum, le membre du Conseil Bahari Ibrahim Gaber, la ministre des Affaires étrangères, Mariam Al-Sadeq Al-Mahdi, de hauts responsables et des membres de la mission diplomatique égyptienne, rapporte la MENA. Le Président s’est rendu au palais présidentiel où la cérémonie d’accueil officielle a eu lieu et où s’est tenu le sommet égypto-soudanais. L’hymne national a été joué avant que le Président Al-Sissi et le Président du Conseil souverain de transition Abdel Fattah Al-Burhan ne passent en revue la garde d’honneur. Les deux dirigeants ont posé ensuite pour une photo-souvenir, avant de tenir une séance de pourparlers au palais présidentiel à Khartoum.

Le Président Al-Sissi a examiné avec les hauts responsables et dirigeants soudanais les divers dossiers de coopération, les moyens de renforcer les relations bilatérales dans les domaines militaire, sécuritaire, et économique. Ils ont de même examiné les questions d’ordre régional et continental, notamment celles relatives au Barrage éthiopien de la Renaissance et à la sécurité en mer Rouge. L’Egypte soutient tous les efforts visant à renforcer la paix, la stabilité et le développement au Soudan en cette étape charnière de son histoire, a affirmé Al-Sissi lors de ses entretiens à Khartoum, avec le Président du Conseil souverain de transition, le général Al-Burhan. Le Raïs a ajouté que la sécurité et la stabilité du Soudan font partie intégrante de celles de l’Egypte. L’Égypte continuera à soutenir le gouvernement et le peuple soudanais dans tous les domaines, et tient à renforcer les relations bilatérales et le partenariat stratégique basé sur le respect réciproque et la coopération bilatérale en faveur des deux pays de sorte à faire des relations égypto-soudanaises un exemple à suivre dans le partenariat global dans le développement et l’intégration économique, a assuré le Président.

Al-Sissi et Al-Burhan se sont d’abord entretenus en tête à tête, après quoi les pourparlers ont été élargis aux délégations des deux pays, a déclaré le porte-parole de la Présidence de la République, Bassam Radi. Le Soudan salue la visite du Président Al-Sissi, a affirmé Al-Burhan, qui a rappelé que les relations égypto-soudanaises sont privilégiées et particulières. Al-Burhan a exprimé son appréciation pour les positions de l’Egypte soutenant le Soudan dans tous les domaines pour faire face aux répercussions des différentes crises, et son rôle qui a contribué au retrait du Soudan de la liste des pays soutenant le terrorisme, soulignant que ces positions égyptiennes reflètent les relations historiques et stratégiques liant les deux pays. Al-Burhan a poursuivi que le Soudan tenait et aspirait à activer les projets communs avec l’Egypte et à renforcer les perspectives de coopération entre les deux pays sur tous les plans, notamment politique, économique, sécuritaire et militaire.

Pour sa part, le Président Al-Sissi a affirmé que les deux peuples égyptien et soudanais sont liés par des liens de fraternité et une histoire commune, louant le grand développement que connaissent récemment les relations bilatérales. Les moyens de renforcer ces relations entre les deux pays à tous les niveaux et les questions régionales et internationales d’intérêt commun, notamment les développements de la situation sur les frontières entre le Soudan et l’Ethiopie et les récentes actions du Soudan pour imposer sa souveraineté sur ses frontières orientales avec l’Ethiopie étaient au menu des discussions, selon le porte-parole présidentiel. Al-Sissi et Al-Burhan ont également évoqué les développements dans la Corne de l’Afrique et en Afrique de l’Est, a rapporté M. Radi, ajoutant que les discussions ont reflété une compréhension mutuelle entre les deux parties sur les moyens de traiter ces dossiers afin d’assurer le renforcement des capacités africaines à faire face aux défis auxquels est confronté le continent dans son ensemble. Les deux parties ont échangé les visions sur les développements du dossier du Barrage de la Renaissance et ont convenu que l’étape délicate actuelle que traverse ce dossier nécessite le plus haut niveau de coordination entre l’Egypte et le Soudan les deux pays en aval qui seront directement touchés par ce barrage.

Les deux parties ont mis l’accent sur le rejet de toute mesure unilatérale visant à imposer le fait accompli et à monopoliser les ressources du Nil Bleu. L’accent a en outre été mis sur le renforcement des efforts bilatéraux, régionaux et internationaux pour parvenir à un accord global et intégral sur les règles de remplissage et de fonctionnement du Barrage de la Renaissance, qui soit juridiquement contraignant, qui réalise les intérêts des trois pays et limite les dégâts et les effets du Barrage sur l’Egypte et le Soudan, notamment en soutenant la proposition soudanaise de former un quartette international comprenant la présidence en exercice de l’Union africaine, les Etats-Unis, l’Union européenne et les Nations Unies pour la médiation dans ce dossier. L’Egypte et le Soudan ont jugé impératif de reprendre des négociations sérieuses et efficaces dans le but de parvenir, dès que possible et avant la prochaine saison de la crue, à un accord équitable, équilibré et juridiquement contraignant sur le remplissage et le fonctionnement du Barrage éthiopien, de sorte à réaliser les intérêts des trois pays et à renforcer les liens de coopération et d’intégration entre les trois pays et leurs peuples, a dit le Président Al-Sissi, lors d’une conférence de presse à l’issue de ses entretiens avec le président du Conseil souverain de transition au Soudan, Abdel Fattah Al-Burhan. Al-Sissi a ajouté que ses pourparlers avec Al-Burhan avaient porté sur un certain nombre de questions d’intérêt commun sur les plans régional et international, ainsi que sur les développements des négociations sur le Barrage éthiopien de la Renaissance, un dossier lié directement aux intérêts vitaux de l’Egypte et du Soudan, les deux pays en aval qui seront directement touchés par ce mégaprojet. Les deux pays adoptent des visions identiques rejetant toute approche fondée sur la tentative d’imposer le fait accompli et d’étendre le contrôle sur le Nil Bleu par des mesures unilatérales qui ne prennent pas en compte les intérêts et les droits des deux pays en aval, a dit le Président Al-Sissi.

Les entretiens ont porté aussi sur les moyens de relancer les négociations en formant un quartette international comprenant l’Union africaine, les EtatsUnis, l’Union européenne et les Nations Unies pour la médiation dans ce dossier, selon le chef de l’Etat qui a précisé que ce mécanisme, proposé par le Soudan, est soutenu par l’Egypte. Al-Sissi a assuré que l’Egypte soutiendra toujours les efforts déployés par le Soudan pour le développement, la stabilité et la prospérité du peuple soudanais, faisant état des démarches entreprises en vue d’intensifier la coordination politique entre les deux pays et de mettre en place des projets dans un certain nombre de domaines vitaux, dont la liaison électrique, les chemins de fer, les échanges commerciaux et la coopération dans les domaines sanitaire, agricole et industriel. Le Chef de l’Etat s’est également entretenu avec le Premier ministre du Soudan Abdallah Hamdok dans le cadre de sa visite officielle au Soudan, a-ton appris du porte-parole de la Présidence, l’ambassadeur Bassam Radi. Le PM soudanais a souhaité la bienvenue au Président Al-Sissi dans sa seconde patrie, louant l’étroite coopération entre l’Egypte et le Soudan. Une coopération qui est le fruit de l’immense héritage humain et civilisationnel entre les deux pays. Et le chef du Gouvernement soudanais de rendre hommage aux efforts sincères de l’Egypte envers la stabilité au Soudan, rappelant le rôle axial de l’Egypte pour sauvegarder la sécurité et la sûreté dans le continent africain. M. Hamdok a également affirmé qu’il existe de larges perspectives de développement de la coopération entre les deux pays frères, et a mis l’accent sur la volonté du Soudan de créer un climat propice à cela dans divers domaines stratégiques de développement, en plus de sa dépendance du rôle égyptien dans l’appui aux efforts soudanais en cours pour rééchelonner ses dettes extérieures, ainsi que pour bénéficier du transfert d’expérience. Le Raïs a exprimé sa joie d’être au Soudan, soulignant que cette visite s’inscrit dans le prolongement des relations distinguées entre les deux pays frères tant au niveau officiel que populaire. Al-Sissi a souligné le destin et l’avenir communs des deux pays, l’appui à la coopération bilatérale à tous les niveaux, et l’extension des différents aspects de soutien de l’Egypte au Soudan dans cette phase historique. Et d’ajouter que l’Egypte s’attache à aider le Soudan dans ses perspectives de réforme et de développement.

Le Président a également affirmé la volonté de l’Egypte de faire progresser la coopération bilatérale dans divers domaines avec le Soudan frère, notamment en ce qui concerne la mise en œuvre des deux projets d’interconnexion électrique et ferroviaire, et la promotion d’un climat favorable à la création de projets d’investissement conjoints, soient-ils industriels ou agricoles. Plus le renforcement des relations commerciales et économiques dans les deux pays, et l’activation des comités techniques égypto-soudanais, des mémorandums d’entente et des protocoles conclus entre les deux pays, en tenant compte de l’inclusion de ces accords dans divers aspects de coopération bilatérale. Le Président Al-Sissi a rencontré également le général Mohamed Hamdan Dagalo, vice-président du Conseil de souveraineté de transition, dans le cadre de sa visite officielle dans la capitale soudanaise, Khartoum. Le porte-parole de la Présidence de la République a déclaré que le Président a exprimé sa gratitude pour l’accueil chaleureux dont il a fait l’objet, tout en louant les relations fraternelles fortes et éternelles entre l’Egypte et le Soudan, et le niveau avancé qu’elles ont atteint dans la récente période. Et d’exprimer l’aspiration de l’Egypte à les renforcer davantage, en particulier aux plans sécuritaire, militaire et économique, sur la base du lien étroit entre la sécurité nationale égyptienne et soudanaise et des liens historiques qui unissent les habitants de la vallée du Nil. Le vice-président du Conseil de souveraineté soudanais a souhaité la bienvenue au Président Al-Sissi exprimant la profonde reconnaissance du Soudan envers l’Egypte sur les plans officiel et populaire, et sa fierté des liens profonds entre les deux pays frères et du rapprochement populaire et gouvernemental entre l’Egypte et le Soudan. Le général Dagalo a en outre souligné la volonté de son pays de bénéficier des expériences de l’Egypte dans tous les domaines. La réunion a également abordé les derniers développements de la situation régionale, y compris l’évolution de la situation aux frontières soudanoéthiopiennes, ainsi que les développements liés à un certain nombre de crises que connaissent certains pays de la région. Les deux parties se sont mises d’accord sur la poursuite des concertations et de la coordination dans la période à venir.

Des visions ont également été échangées sur les développements du dossier du Barrage de la Renaissance, un accord ayant été conclu sur la plus haute importance de la question de l’eau pour les peuples égyptien et soudanais en tant que question de sécurité nationale, puis les deux pays ont adhéré à la conclusion d’un accord juridique contraignant qui garantit des règles claires pour le remplissage et l’exploitation du barrage éthiopien et réalise les intérêts communs de toutes les parties. L’ambassadeur Mohamed Hégazi, ancien vice-ministre égyptien des Affaires étrangères, a indiqué que la visite du Président Al-Sissi à Khartoum, ce samedi, intervenait à un moment très important, avec l’intention de l’Ethiopie de remplir unilatéralement le Barrage de la Renaissance et sans un accord préalable, ce qui constitue une menace directe pour l’Egypte et le Soudan et une violation flagrante de la Déclaration de principes signée en mars 2015 entre les trois parties. Dans une déclaration à la MENA, l’ambassadeur Hégazi a souligné l’importance de cette visite présidentielle vu la situation tendue aux frontières soudano-éthiopiennes, qui nécessite de soutenir le Soudan pour contrer ces violations. Le déplacement du Président au Soudan représente un élan des relations solides et stratégiques qui concrétisent la longue histoire et les liens entre les deux peuples, a-t-il ajouté, affichant la volonté de l’Egypte et du Président Al-Sissi d’aider le Soudan à traverser cette phase transitoire et atteindre les objectifs de sa glorieuse révolution.

L’ancien vice-ministre des affaires étrangères a rappelé que la visite du Président à Khartoum avait été précédée d’une importante visite de la ministre soudanaise des Affaires étrangères, Mariam Al-Sadiq Al-Mahdi, en Egypte, visite au cours de laquelle elle a été reçue par le Président Al-Sissi, indiquant qu’elle avait mené d’importants entretiens avec son homologue Sameh Choucri qui a indiqué que les deux pays entretiennent des relations stratégiques à travers la mise en œuvre de nombreux projets conjoints

 

PROGRES .NET

Related Stories

Les plus visités

From To