03 février 2023 07:11

Al-Sissi : Etablir des projets nationaux indispensables à l’autosuffisance

dimanche، 22 mai 2022 - 11:51

Le Président Abdel Fattah Al-Sissi a procédé hier samedi à l’inauguration du projet « Avenir de l’Egypte » pour la production agricole, qui compte parmi les plus grands projets nationaux de l’Etat, rapporte la MENA.

Le projet, situé sur la route Le Caire/Al-Dabaa, vise à optimiser la production agricole et fournir des produits de haute qualité et à des prix abordables afin de combler le fossé entre la production et l’importation, assurer la sécurité alimentaire et l’autosuffisance en produits stratégiques.

Achever au plus vite les étapes du projet 

Al-Sissi a demandé d’achever, le plus vite possible, les étapes du projet “Avenir de l’Egypte” pour la production agricole. Dans son intervention à l’inauguration du projet, le Président a souligné l’importance de mener des études de faisabilité et d’adopter des plans futurs pour le projet, notant que le coût de ce projet est beaucoup plus élevé que dans tout autre endroit du Delta.

Al-Sissi a ordonné l’achèvement des étapes du projet, ainsi que des projets de Touchka, de Beni Soueif et de Minia, d’ici 2023, notant que “nous voulons rassurer les investisseurs, les médias et les appareils de l’Etat de nos projets”. “Les coûts de ces projets sont beaucoup plus élevés que ceux de n’importe quel autre projet dans le Delta, car il s’agit de bonifier la profondeur du désert, contrairement à la bande parallèle du Nil”, a-t-il ajouté.

Le Raïs a précisé que les mesures prises par l’Etat nécessitent davantage de compréhension et d’étude avant de juger leur succès ou non, ainsi que leur conformité aux évolutions que connaît le pays actuellement et à l’avenir. Le Chef de l’Etat a estimé à un montant allant de 200 à 300 mille LE le coût de bonification du feddan, ce qui signifie que le coût d’un million de feddans s’élève à 200-250 milliards de LE, sur la base d’estimations des prix il y a deux ou trois ans.

Les dix dernières années ont connu une croissance démographique d’environ 20 millions de personnes, a dit le Président, qui s’est demandé de la possibilité que la croissance de l’Etat et sa production couvrent leurs demandes en produits de base.

Ajout de 2,5 millions de feddans 

“Nous ne parlons pas seulement de la croissance démographique, mais aussi des plans de l’Etat pour atteindre la suffisance du peuple, et donc nous n’avons d’autre choix que les projets nationaux”, a-t-il souligné. Il a en outre précisé que le projet avait besoin de 1 250 mégawatts d’électricité, notant que l’intérêt accordé par l’État aux infrastructures durant les sept ou huit dernières années avait permis de fournir de l’électricité pour ce projet important. Il s’agit, a-t-il repris, d’ajout de 2,5 millions de feddans, ce qui représente 25% de la superficie totale des terres agricoles en Egypte pour des milliers d’années, en plus de la fourniture de l’électricité nécessaire aux maisons et aux hôpitaux, qui souffraient auparavant de coupures fréquentes de courant tout au long de la journée. Et Al-Sissi de réfuter lesdits appels à réarranger les priorités, affirmant qu’il ne s’agit pas de luxe, mais d’éléments importants et qualifiant d’impossible la mise en œuvre de ce projet ou de celui de Touchka sans résoudre les problèmes d’électricité et de routes. Le projet a nécessité le développement des réseaux d’électricité, d’eau et de routes, ainsi que d’autres éléments dans le cadre du projet “Vie décente” “dont nous avons estimé les coûts de 800 à 900 milliards de LE”.
Il a de nouveau appelé à ne pas discuter des projets qui avaient été bien examinés par des spécialistes et cristallisés dans un contexte intellectuel, scientifique et un plan intégré pour atteindre les objectifs escomptés. Concernant la demande formulée de se focaliser sur l’enseignement au lieu de dépenser ces énormes montants sur des projets d’infrastructure, le Président a répondu que “accorder la priorité à l’enseignement est une question très importante, mais le fait d’orienter toutes les ressources de l’Etat pour 15 ans vers l’enseignement seulement n’est pas possible, parce que les gens ne toléreront pas l’absence de services et la médiocrité des infrastructures telles que l’électricité et les routes, ou encore l’absence de construction de canaux et d’établissement de projets de production alimentaire.

Projets nécessitant des milliards et des trillions de livres 

Les Forces armées ne combattent pas seulement le terrorisme, mais également l’arriérisme et la détérioration et soutiennent l’Etat en se tenant côte à côte avec les investisseurs et les hommes d’affaires dans la mise en œuvre de mégaprojets nationaux, a rappelé le Raïs. “L’Autorité d’ingénierie des Forces armées a supervisé des milliers de projets se chiffrant à des milliards ou trillions de LE jusqu’à leur achèvement, dans un Etat où la population croît chaque année d’au moins deux millions de personnes, ce qui veut dire une augmentation de 20 millions d’habitants en l’espace de 7 ou 10 ans”, a-t-il ajouté. Et de conclure que l’Egypte s’attache à protéger son quota en eau malgré la croissance démographique.

 

 

Le Progres.net

Related Stories

Les plus visités

From To