29 mai 2024 09:33

Le secteur des communications et des technologies de l'information

lundi، 12 juin 2023 - 01:25

Le secteur égyptien des télécommunications a connu des développements successifs au cours des neuf dernières années, sous la présidence d'Abdel Fattah Al-Sissi. Ces développements ont coïncidé avec les mutations instantanées dans le secteur à l'échelle mondiale. Ce qui a clairement favorisé l'investissement étranger.

Le secteur a réussi à atteindre des taux de performance élevés au niveau économique. Il connaît la plus forte croissance parmi les secteurs de l'État, avec des taux de croissance supérieurs à 16 %.

La contribution du secteur au produit national brut a augmenté pour atteindre 5 %, de même que la croissance des exportations numériques a atteint 4,5 milliards de dollars, en plus de l'augmentation du nombre de travailleurs dans le secteur pour atteindre 281 mille.

Les investissements ont atteint 50 milliards de livres, en plus du lancement de plus de 165 services gouvernementaux sur la plateforme "Égypte numérique", en conjonction avec la mise en œuvre d'un plan visant à établir 30 centres d'innovation de l'Égypte numérique au niveau de la République, avec des investissements de 5 milliards de livres.

L'Égypte est devenue un des pays leaders en matière de gouvernement numérique avec la classification (A) et le premier en Afrique pour la vitesse moyenne de l'internet fixe. Les investissements se sont élevés à 100 milliards de livres dans le projet de modernisation de l'internet fixe dans ses trois phases, et à 60 milliards de livres pour connecter 3,5 millions de résidences afin de desservir 58 millions de citoyens dans le cadre du projet (Hayat Karima), ainsi que la formation d'un quart de million de stagiaires avec un budget de 1,3 milliard de livres.

Des investissements d'environ 60 milliards de livres ont été consacrés pour améliorer la performance de l'internet, ce qui a permis d'augmenter la vitesse moyenne de l'internet à 54,8 Mbps, ce qui place l'Égypte au quatrième pays d'Afrique.

Cela a contribué à l'amélioration du classement de l'Égypte au cours des dernières années dans un certain nombre de rapports internationaux sur les indicateurs des TIC.

Les indicateurs mondiaux

L'Egypte jouit d'un leadership régional et international dans le domaine de l'externalisation et des services informatiques transfrontaliers :

L'Égypte s'est classée au premier rang régional et international et au quinzième rang mondial pour la fourniture de services d'externalisation, selon l'indice (Kearney).

Elle s'est classée deuxième au Moyen-Orient et en Afrique du Nord en termes de nombre d'investissements dans les start-ups, selon le rapport "Magnitt", et deuxième en termes de climat d'entreprenariat au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, selon le rapport "Wamda". Elle s'est également classée première dans le domaine des technologies financières au Moyen-Orient, selon le rapport Blink.

L’entrepreneuriat

Le secteur de l'entrepreneuriat et des start-ups a connu un boom en Égypte. Le taux de croissance des investissements des entreprises émergentes a atteint 157%, doublant pour atteindre 490 millions de dollars, avec 147 accords.

L'Égypte a progressé dans le classement de l'indice de préparation au réseau pour atteindre 84, ainsi qu'elle s'est classée parmi les 10 premiers pays en développement pour le taux de numérisation.

L'Égypte a progressé de cinq places dans l'indice global de l'internet, pour se classer 73 parmi 120 pays ; elle s'est également classée quatrième au niveau des 29 pays africains inclus dans l'indice. Selon le rapport publié par l'Economist Research Unit, l'Égypte figure également parmi les pays les plus performants dans l'indice de développement des technologies gouvernementales (GOVTECH).

Selon l’Association internationale des réseaux mobiles (GSMA), l'Égypte a gagné 43 places dans l'indice de publié pour s’est classée 36e parmi les 90 pays qui ont adopté la réglementation des portefeuilles électroniques au monde, réalisant ainsi le taux de croissance le plus élevé de l'indice dans le monde.   


La transformation numérique



Le secteur des télécommunications a été témoin d'un important développement dans le domaine de l'infrastructure numérique dans toute la République ainsi que de l'expansion des services d'informatique en tant qu'outil majeur de la transformation numérique. A cet égard, la plateforme “Égypte numérique” a été lancée et comprend à présent plus de 165 services gouvernementaux numériques.

Dans le cadre de la mise en œuvre d'un projet visant à connecter l'ensemble des 33 000 bâtiments gouvernementaux du pays à ce réseau, plus de 20 000 bâtiments gouvernementaux ont été connectés au réseau de fibre optique afin d'échanger des données entre eux, le reste des bâtiments gouvernementaux devant être connectés au cours de l'année prochaine. En outre, la mise en œuvre d'un projet de pose de câbles en fibre optique dans les villages (une vie décente) pour fournir des services internet à plus de 58 millions de citoyens dans plus de 4 500 villages à l'échelle nationale, les câbles en fibre optique ayant jusqu'à présent été connectés à plus de 300 villages.

De nouvelles licences ont été accordées par l'Autorité de développement de l'industrie des technologies de l'information pour exercer l'activité de services de signature électronique afin de mettre en œuvre le système d'enregistrement préalable des expéditions (ACI) à l'Autorité douanière égyptienne. Et ce, pour simplifier les procédures de dédouanement, ainsi que pour fournir une nouvelle application de signature électronique.


Le Commerce électronique




La stratégie nationale en matière de commerce électronique a été lancée en coopération avec l'Organisation des Nations unies pour le commerce et le développement (CNUCED) et de nombreuses organisations internationales telles que la Banque mondiale et la société internationale (MasterCard). Cette stratégie vise à faire de l'Égypte un pays leader dans ce domaine dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord et à augmenter le volume du commerce électronique. Elle contribue à l'inclusion financière, à l'augmentation des exportations égyptiennes et à la pénétration de nouveaux marchés.


La Cité du savoir



Dans le cadre de la stratégie du ministère visant à construire une Égypte numérique, la Cité du savoir a été créée sur la base des systèmes technologiques les plus récents dans la nouvelle capitale administrative. Cette cité technologique a pour but de soutenir la recherche et l'innovation dans les technologies de pointe, d'attirer les investissements des entreprises technologiques internationales et de fournir une formation technique. Le coût de la construction s'élève à plus de deux milliards de livres sterling. La première phase comprend quatre bâtiments destinés à l'innovation et à la recherche appliquée, à la formation technique, à la recherche et au développement dans le domaine des technologies d'assistance, ainsi qu'à l'université d'informatique de Misr.

L'infrastructure

L'infrastructure informatique a connu un fort essor dans l'ensemble du pays au cours des neuf dernières années. Des investissements d'environ 60 milliards de livres ont été réalisés pour améliorer l'efficacité de l'internet, ce qui a permis de doubler la vitesse moyenne de l'internet fixe en Égypte et d'en faire le premier pays du continent africain.

L'Égypte a été classée dans le groupe des pays leaders en matière de gouvernement numérique avec la classification (A), qui est la catégorie la plus élevée de l'indice.

Les rapports internationaux

Le classement de l'Égypte a progressé dans un certain nombre de rapports internationaux sur les indicateurs des technologies de la communication et de l'information. L'Égypte a gardé son leadership régional au Moyen-Orient et en Afrique dans le domaine de la fourniture de services d'externalisation transfrontaliers et s'est classée première au niveau régional et continental et quinzième au niveau mondial dans la fourniture de services d'externalisation, selon l'indice Kearney pour les sites web de "Global Services".

Le secteur de l'entrepreneuriat et des start-ups a prospéré en Égypte. Le taux de croissance des investissements dans les startups s'est élevé à 380 millions de dollars au cours du premier semestre 2022, avec un taux de croissance de 190 % par rapport à la même période de l'année précédente.

Selon les données, l'Égypte a progressé dans l'indice de préparation des réseaux, atteignant 84. L'Égypte s'est également classée parmi les 10 premiers pays en développement pour l'inclusion numérique.

La créativité technologique

Ce projet s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre d'un plan visant à créer des centres de créativité numérique dans les gouvernorats afin que le développement soit équitable. Elle vise également à la mise en place de programmes d'innovation technologique afin d'encourager les étudiants universitaires et les entrepreneurs des gouvernorats à créer des projets pionniers dans le domaine de la technologie de l'information et de la communication.

La première phase du projet a été mise en œuvre par la création de 8 centres d'innovation à Menoufia, Mansoura, Minya, Sohag, Qena, Assouan, Ismaïlia et Le Caire. La deuxième phase du projet est en cours de mise en œuvre et prévoit la création de 14 centres d'innovation dans les gouvernorats.

La technologie de l'information

Dans le cadre des engagements du gouvernement, le projet de zones technologiques a été mis en œuvre dans les villes de Burj Al Arab (gouvernorat d'Alexandrie), New Assiut City (gouvernorat d'Assiut), Sadat City (gouvernorat de Menoufia) et New Beni Suef City (gouvernorat de Beni Suef). Ces zones ont également été mises en place avec l'infrastructure nécessaire pour pour assurer toutes les activités à l'industrie des communications et aux technologies de l'information.

 29 accords ont été signés avec des entreprises internationales dans le domaine de l'externalisation dans le but de créer leur siège en Égypte et d'augmenter le volume de leurs investissements. Ce qui devrait ajouter environ un milliard de dollars de revenus annuels au total d'exportation numériques de l'Égypte. À partir de 2025, il offrira environ 34 000 nouvelles opportunités d'emploi à la jeunesse égyptienne pour servir divers marchés mondiaux par l'intermédiaire de 35 centres d'exportation de services.

En outre, le ministère a lancé un programme visant à accueillir des fabricants d'électronique en Égypte, notamment (Nokia) et (Vivo), qui ont commencé à fabriquer à partir de l'Égypte. De plus, un accord a été conclu avec (Oppo) et (Xiaomi) en vue de l'ouverture d'usines pour ces entreprises en Égypte, à condition que le pourcentage de composants locaux dans l'industrie électronique ne soit pas moins de à 40 %.

Un accord a été conclu pour la création d'une nouvelle usine de (Samsung) sur une superficie de 6 000 mètres carrés dans le gouvernorat de Beni Suef.

La nouvelle usine offrira environ 1 400 emplois directs et indirects aux travailleurs égyptiens, en particulier en Haute-Égypte.

Il est prévu que la mise en place de l'usine commence au cours du dernier trimestre de cette année. Cette usine permettra de produire des versions modernes des appareils mobiles fabriqués par (Samsung) avec des mains égyptiennes et avec une technologie internationale, ainsi que de transférer la technologie et les connaissances techniques vers le marché égyptien. Ce qui confirme la localisation de l'industrie du mobile au marché égyptien.


 


Related Stories

Les plus visités

From To