19 avril 2024 10:21

La participation égyptienne aux réunions du Sommet africain sur le climat

mercredi، 06 septembre 2023 - 02:11

Le Premier ministre Dr. Mostafa Madbouly a présidé la délégation égyptienne de haut niveau au nom du président Abdel Fattah Al-Sissi, président de la République, lors des réunions du Sommet africain sur le climat du 4 au 6 septembre 2023 à Nairobi, intitulé « Stimuler la croissance verte et les solutions de financement climatique pour l'Afrique et le monde », en présence de plusieurs chefs d'État et de gouvernement et de chefs d'organisations internationales.

La délégation égyptienne comprend Dr Hani Sweilam, ministre des ressources en eau et de l'irrigation, et Dr Yasmine Fouad, ministre de l'Environnement.

Le 4 sept 2023

Le chef d'Etat se dit fier de ses relations fraternelles avec le président Al-Sissi

Le président kenyan, William Ruto, a exprimé sa fierté des relations fraternelles qui l'unissent au président Abdel Fattah Al-Sissi, soulignant son souci de tenir des consultations régulières avec son homologue égyptien sur les questions régionales et internationales d'intérêt commun.

Le président Ruto a tenu ces propos, lors de sa rencontre, lundi, avec le premier ministre égyptien, Moustafa Madbouly, en marge de sa participation, au nom du président Abdel Fattah Al-Sissi, au Sommet africain pour le climat, organisé par le Kenya les 5 et 6 septembre.

Le chef d'État a remercié M. Madbouly pour sa participation de haut niveau au Sommet africain pour le climat, ainsi que pour ses consultations avec l'Égypte, président de la COP27, dans le cadre de la préparation du sommet. 

Le PM examine avec l'envoyé du président sri lankais la promotion de la coopération économique

Le Premier ministre Moustafa Madbouly s'est entretenu avec Ruwan Wijewarden, envoyé du président sri lankais, au Sommet africain sur le climat tenu au Kenya les 5 et 6 courant.

Les deux parties ont examiné les moyens de soutenir la coopération économique et de renforcer l'activité d'investissement croissante des entreprises sri lankaises en Égypte. 

Madbouly a fait l'éloge de la hausse des investissements des entreprises sri lankaises en Égypte.

L'action climatique et la promotion des efforts menés à cet égard ont été au menu de l'entretien tenu en marge du sommet africain.

Le ministre de l'Irrigation participe au Sommet africain pour le climat à Nairobi

Le ministre des Ressources en eau et de l'Irrigation, Hani Sweilam est arrivé à Nairobi, la capitale de Kenya, pour participer au Sommet africain pour le climat, abordant le dossier du changement climatique et ses impacts négatifs sur le continent africain.

"La participation à cette conférence importante intervient dans le cadre du souci de l'État égyptien de poursuivre la communication et la coordination avec les divers pays sur les questions hydriques et les répercussions du changement climatique sur le secteur de l'eau, notamment en Afrique, a déclaré M. Sweilam.

Ce sommet vise à parvenir à une vision africaine unifiée sur le traitement des questions climatiques afin de la présenter au cours de la prochaine conférence des Nations Unies sur le climat, COP28, qui se tiendra aux Émirats arabes unis en novembre 2023, a-t-il renchéri.

L'Égypte juge impératif l'investissement en matière d'eau pour atteindre le 6e objectif des ODD

Le Ministre de l'Eau et de l'irrigation, Hani Sweilam, président du Conseil des ministres africains chargés de l'eau (AMCOW), a souligné, lundi, l'importance d'injecter davantage d'investissements dans les secteurs de l'eau et de l'assainissement, pour atteindre le sixième objectif des objectifs de développement durable (ODD). 

M. Sweilam s'exprimait en présidant une séance intitulée "Accélérer les investissements dans l'eau qui sont capables de résister au changement climatique en Afrique... La réunion du Panel international de haut niveau sur les investissements dans l'eau ", qui s'est tenue dans le cadre du Sommet africain sur le climat à Nairobi, capitale du Kenya. 

Il a également fait référence au rôle du "Panel international de haut niveau sur les investissements dans l'eau" en ce qui concerne la mobilisation des efforts mondiaux pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement et mettre en évidence le défi du changement climatique auquel le monde est confronté.

L'Egypte et le GCF examinent la coopération bilatérale face au changement climatique

La Ministre de l'Environnement, Yasmine Fouad, Coordonnatrice ministérielle et Déléguée à la COP27 a examiné avec la directrice exécutive du Fonds vert pour le climat (GCF), Mafalda Duarte, le renforcement de la coopération bilatérale pour soutenir l'action environnementale et faire face aux effets du changement climatique.

Lier le changement climatique à l'investissement est un mécanisme innovant permettant d'obtenir un financement plus efficace pour faire face au changement climatique en stimulant le secteur privé, a dit Mme Fouad lors de cet entretien qui s'est tenu en marge du Sommet africain sur le climat (ACS), organisé du 4 au 6 septembre dans la capitale kényane, Nairobi.

L'Égypte a lancé un ensemble d'incitations économiques vertes avant la COP27, liées aux projets d'énergies nouvelles et renouvelables, à l'hydrogène vert, aux divers déchets et aux alternatives aux sacs en plastique, a-t-elle ajouté.

Le Sommet africain pour le climat permet l'examen des questions intéressant le continent

La ministre de l'Environnement, Yasmine Fouad, participe, dans le cadre d'une délégation de haut niveau au Sommet africain pour le climat au Kenya, qui s'étendra sur trois jours pour discuter des moyens de traiter les conséquences du changement climatique au plan mondial, notamment en Afrique.

La ministre a affirmé que le sommet est une occasion importante pour l'examen des exigences et priorités du continent africain dans le dossier du climat en prévision de l'examen des questions africaines impérieuses lors de la COP28, prévue dans la ville émiratie Dubaï.

Le sommet discutera de nombre de sujets liés au climat et touchant le continent africain, dont l'adaptation en Afrique, l'agenda mondial pour le climat, la voie de Nairobi à la COP28.

Mme Fouad doit présider la séance sur "les perspectives africaines pour tracer de nouvelles tendances: un modèle pour le financement futur de l'adaptation "dans le but de partager des discussions liées à l'Afrique et des points de vue sur les mécanismes permettant d'obtenir des résultats ambitieux en matière de financement de l'adaptation lors de la prochaine COP28. 

Le 5 sept 2023

L’Égypte tient à répondre aux demandes des pays en développement pour réaliser la justice climatique

L'Égypte tient à répondre aux demandes des pays en développement pour réaliser la justice climatique, a affirmé le premier ministre égyptien Moustafa Madbouly dans une allocution prononcée au nom du président Abdel Fattah Al-Sissi lors de la séance générale du Sommet africain sur le climat, organisé dans la capitale kényane Nairobi les 5 et 6 septembre courant sous le thème de "promouvoir la croissance verte et des solutions de financement de l'action climatique pour l'Afrique et le reste du monde".

Dans le cadre de son engagement à contribuer efficacement à l'effort international pour faire face au changement climatique, l’Égypte a travaillé constamment pour parvenir à des résultats tangibles lors de la Conférence de Charm el-Cheikh, qui contribuent à la mise en œuvre effective des engagements en accélérant la mise en place des mesures et des projets sur le terrain, a-t-il indiqué.

Et d'ajouter que l’Égypte répond aux demandes des pays en développement pour réaliser la justice climatique et renforcer l’effort international en vue d'une transition juste et rapide vers une économie à faibles émissions, capable de faire face aux effets du changement climatique.

Le Sommet africain sur le climat intervient à un moment où notre monde, et en particulier notre continent africain, connaît une augmentation du rythme et de l'impact des conséquences négatives du changement climatique, comme les sécheresses dans la Corne de l'Afrique et la région du Sahel, les feux de forêt au Maghreb, les ouragans meurtriers en Afrique australe et l'augmentation de la température des océans, a-t-il noté.

L’Égypte, qui présidait la conférence, a tenu à faire de Charm El-Cheikh une étape importante pour faire la lumière sur la particularité des besoins et des circonstances africaines dans le cadre de la réponse au danger existentiel lié au changement climatique, a rappelé M. Madbouly.

La conférence d'aujourd'hui affirme l'engagement de notre continent africain à réaliser une transition juste vers l'économie verte, et soutient les demandes légitimes d'obtenir une part équitable du soutien financier et technique et des investissements internationaux, qui permettent de profiter des énormes potentiels et des ressources du continent africain, non seulement pour financer des projets de réduction des émissions, mais aussi des projets d'adaptation et de résilience, a-t-il dit.

Étendre l'énergie propre et les sources d’énergie nouvelles et renouvelables est au cœur du nouveau modèle de développement, qui a été accueilli favorablement par les pays du continent qui l'ont inclus dans leurs engagements nationaux à généraliser les énergies renouvelables, a fait savoir M. Madbouly qui a évoqué des exemples prometteurs et inspirants, y compris l'Égypte où environ 20% de la production d’énergie provient de sources d’énergie renouvelable.

L’Égypte vise à faire porter ce pourcentage à 42% d’ici 2030, a poursuivi le premier ministre égyptien lors du sommet africain sur le climat.

L'accès au financement reste le goulot d’étranglement pour l’Afrique et les pays en développement qui cherchent à réaliser leurs rêves et leurs plans pour remédier à la crise climatique sans affecter leur processus de développement ni alourdir leurs dettes, a dit Moustafa Madbouly.

La réunion d'aujourd'hui représente une excellente occasion d'aborder les questions de financement climatique, a-t-il renchéri, signalant que la vision de l'Égypte à cet égard concerne un certain nombre de points, dont la nécessité de reconsidérer les outils de financement disponibles, le financement concessionnel et les dons pour accélérer le changement requis, et l’importance de revoir les critères de flux d’investissement pour garantir que le continent africain obtienne sa juste part de financement.

Nous souhaitons que la prochaine conférence de Dubaï représente une percée dans la mise en œuvre de l’engagement des pays développés à assurer 100 milliards de dollars de financement climatique par an, qui n’a pas été tenu bien qu’il ne s’agisse que d’un engagement symbolique envers la responsabilité historique partagée, a-t-il ajouté.

La ministre de l’environnement expose les remarques de l'Égypte devant le sommet de Nairobi

La ministre de l’environnement, Yasmine Fouad a étalé les remarques de l'Égypte sur la déclaration finale du sommet de Nairobi sur le climat en prévision de sa ratification par les dirigeants africains.

Mme Fouad a mis l'accent sur l'importance d'activer le fonds vert sur les pertes et dommages en application des conclusions de la COP27.

Elle a ajouté que la déclaration de Kampala sur l'immigration, l'environnement et le changement climatique reflétait l’intérêt porté par les gouvernements africains aux effets du dérèglement climatique sur l'Afrique orientale et la corne de l'Afrique.

Ces zones sont exposées à des catastrophes naturelles qui par la suite provoquent la mobilité et l'exode des populations, a insisté la ministre.

Source : MENA


Related Stories

Les plus visités

From To