20 avril 2024 10:00

Rejet catégorique de l'Egypte du déplacement des Palestiniens

dimanche، 18 février 2024 - 05:50
Rejet catégorique de l'Egypte du déplacement des Palestiniens

Le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukry, a affirmé le rejet catégorique de l'Égypte du déplacement des Palestiniens, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur, affirmant qu'il est absolument nécessaire qu'il n'y ait aucune activité militaire visant Rafah et que l’acheminement de l'aide et des abris alloués aux civils soit élargie.

Choukry a déclaré - dans une interview accordée à la BBC en marge de la Conférence de Munich sur la sécurité - que l'Égypte a clairement indiqué dès le début qu'elle rejetait catégoriquement la question du déplacement des Palestiniens, car il s'agit d'une violation flagrante du droit humanitaire international, soulignant le refus de l'Égypte d'expulser les Palestiniens de leurs terres, considérant cette question comme « une liquidation de la Cause palestinienne.

Il a également exprimé sa gratitude à la communauté internationale, aux États-Unis et à leurs amis d'Europe occidentale pour leur rejet du déplacement, appelant à la nécessité d'actions pour soutenir les paroles, grâce à un cessez-le-feu, à la fourniture d’une aide humanitaire et au non-déplacement.

Concernant l'ampleur de son optimisme quant à la possibilité de conclure un accord de cessez-le-feu temporaire et d'échange de prisonniers, Choukry a déclaré : « nous faisons tout ce que nous pouvons en coopération avec les pays amis et les États-Unis pour alléger les souffrances des civils palestiniens via la libération des otages et l'arrêt des actions militaires jusqu'à une cessation définitive des hostilités.

Interrogé sur la possibilité que les habitants de Gaza se poussent vers la frontière égyptienne, Choukry a déclaré qu'il pensait que le plus important était la mesure, qui devait être prise pour éviter qu'une telle chose ne se produise, soulignant que c'est pourquoi il est absolument nécessaire qu'il n'y ait aucune activité militaire visant Rafah.

Les Palestiniens ne veulent pas quitter leurs terres, et ils ne doivent pas être poussés à le faire, ce qui indique que les pousser à partir se fera par des actes de déplacement, et que ceux qui commettent de tels actes doivent être tenus responsables.

La situation humanitaire catastrophique sera probablement le seul conflit des XXe et XXIe siècles, car il existe une réticence à exiger la cessation des hostilités et il existe des limites et des restrictions sur le montant de l'aide qui peut être fournie aux civils. Il a souligné que nous devons respecter les principes et les règles du droit international humanitaire.


"Nous avons fait de notre mieux pour fournir un abri aux Palestiniens sur leurs terres à Gaza et à Rafah", indiquant que les risques sont possibles et existent. Par conséquent, nous avons souligné à Israël la nécessité de ne prendre aucune action militaire, et ce n'est pas seulement de notre part, mais je crois aussi que cela a été annoncé par les États-Unis et nos amis des pays d'Europe occidentale ont tous souligné le danger.

Le Secrétaire général des Nations Unies a été très clair en mettant en garde contre la possibilité d'une catastrophe humanitaire en cas d'action militaire à grande échelle contre Rafah en présence de 1,3 millions de civils entassés dans cette zone précise.

 Lorsqu'on lui a demandé si Israël avait lancé une opération militaire, qui pourrait mettre en péril le traité de paix, Choukry a répondu que le traité de paix existe depuis quatre décennies maintenant et qu'il restera bénéfique aux deux parties, notant que nous entretenons des relations normales et sommes en mesure d'agir comme médiateur. Nous l’avons également fait lors des quatre conflits précédents entre le Hamas et Israël. Il appartient à l’Égypte et à Israël de mettre en œuvre le traité de paix avec toutes ses dispositions.​

Source: OGI



Related Stories

Les plus visités

From To