20 avril 2024 09:09

Priver le peuple palestinien de sa terre est un crime de guerre

mercredi، 21 février 2024 - 04:16
Priver le peuple palestinien de sa terre est un crime de guerre

La représentante de l'Égypte auprès de la Cour internationale de justice (CIJ), Mme Yasmine Moussa, a souligné mercredi que l'occupation israélienne et la politique du fait accompli sont illégales et très dangereuses, rappelant les politiques continues du déplacement et d'expulsion d'Israël à l'encontre du peuple palestinien.

"Israël crée délibérément et continuellement des conditions de vie impossibles dans la bande de Gaza, impose un blocus et une politique de famine, empêchel'acheminement de l'aide humanitaire et envisage maintenant de prendre d'assaut Rafah, où vivent plus de 1,3 millions de Palestiniens", a déclaré la représentante égyptienne lors des audiences publiques du Tribunal sur les conséquences juridiques de la politique d'Israël dans les territoires palestiniens.

"Le massacre commis par Israël dans les territoires palestiniens, surtout dans la bande de Gaza, se poursuit, puisque quelque 29 000 Palestiniens sont tombés en martyrs à ce jour et que plus de deux millions de Palestiniens ont été déplacés en violation flagrante du droit international", a ajouté la conseillère juridique Yasmin Moussa, mettant l'accent sur la nécessité de mettre fin aux politiques et pratiques israéliennes dans les territoires palestiniens occupés, car elles sont illégales et doivent être réexaminées et évaluées.

Elle a évoqué l'incapacité du Conseil de sécurité des Nations unies à appeler à un cessez-le-feu permanent dans les territoires palestiniens, soulignant la poursuite des violations israéliennes en Cisjordanie, où le gouvernement impose des restrictions à la circulation, mène des incursions, démolit des maisons palestiniennes, autorise les colons à commettre des actes de violence à leur encontre et accroît considérablement la construction de colonies, plongeant ainsi la solution des deux États dans l'inconnu.

"Ces violations du droit international par l'occupation israélienne visent à déposséder le peuple palestinien de ses biens, à imposer la souveraineté israélienne sur les territoires palestiniens et à rendre permanente cette occupation illégale", soulignant que la Cour a qualifié d'interdite l'acquisition par la force des territoires d'autrui, que le principe d'autodétermination est également l'une des règles claires et sans équivoque du droit international, qui ne peut être violée en aucune circonstance et qu'il existe une interdiction claire de l'apartheid et de la tentative de soumettre un autre peuple à la souveraineté d'un autre État.

"L'ONU est responsable de la question palestinienne jusqu'à ce qu'une solution juste soit présentée", a déclaré la conseillère juridique Yasmine Moussa. Mme Moussa a déclaré : "La région du Moyen-Orient aspire à la stabilité et à une paix permanente, globale et juste qui résoudrait le conflit israélo-palestinien sur la base des principes internationaux, par laquelle l'État palestinien serait établi sur les frontières d'avant 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale", et a expliqué que l'avis consultatif de la Cour guiderait les Nations unies pour y parvenir.

Il a également évoqué les violations persistantes par Israël du droit du peuple palestinien à l'autodétermination, alors qu'Israël poursuit son occupation depuis 1967, soulignant que la Palestine a été soumise à l'occupation la plus longue de l'histoire moderne de l'humanité et à l'imposition de faits sur le terrain afin de prolonger la durée de cette occupation, alors qu'Israël a commencé à construire des colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, à imposer des faits sur le terrain et à fragmenter les territoires palestiniennes, en violation flagrante du droit international.

La conseillère juridique Yasmin Moussa a déclaré : "Les représentants de l'État de Palestine ont expliqué devant ce tribunal qu'Israël mène des activités coloniales et de colonisation en s'efforçant de transférer les colons, qui vivent dans les territoires palestiniens occupés à 750 000 colons, modifiant ainsi la nature démographique et géographique des territoires palestiniens, notant qu'il y a très peu de pays, qui défendent les politiques israéliennes. Ces actions sont illégales  et sont pratiquées sur la base de l'occupation, car cette occupation est illégale selon les résolutions des Nations unies et du Conseil de sécurité des Nations unies".

Source: OGI

Related Stories

Les plus visités

From To