13 juin 2024 04:22

"L'OGI: L'Égypte dément les affirmations de CNN et prévient qu'elle se retirera complètement des efforts de médiation

mercredi، 22 mai 2024 - 10:12
"L'OGI: L'Égypte dément les affirmations de CNN et prévient qu'elle se retirera complètement des efforts de médiation

Le président de l'Organisme général de l'information, Diaa Rachwan, a déclaré que l'article publié par le site américain CNN, intitulé "L'Egypte a changé les termes de l'accord de cessez-le-feu à Gaza", est une allégation dépourvue de toute information ou de tout fait, et ne repose sur aucune source journalistique fiable, conformément aux règles professionnelles journalistiques internationalement reconnues.

Dans ce contexte, Rashwan a défié CNN d'attribuer les allégations qu'elle a publiées à des sources officielles américaines ou israéliennes spécifiques, et a également demandé à tous les médias internationaux, d'être précis dans ce qu'ils publient sur des questions aussi sensibles, et de ne pas se fier à la publication de certaines allégations sur des sources inconnues qu'ils appellent "sources informées".

M. Rachwan a annoncé que l'Égypte rejetait catégoriquement ces allégations et que l'OGI avait envoyé une lettre officielle à CNN, expliquant les raisons sur lesquelles ce rejet était fondé, et demandant au site de publier immédiatement la réponse égyptienne.

Il a ajouté que le site avait répondu peu de temps auparavant et publié des parties de cette réponse, qui incluait certaines des observations contenues dans cette lettre et dans la présente déclaration.

Il a expliqué qu'un article aussi faux, plein d'allégations mensongères peut déformer le rôle principal et éminent de l'Égypte dans les tentatives de cessez-le-feu et les négociations dans la bande de Gaza depuis le début de l'agression israélienne sanglante contre elle, il y a environ huit mois.

L'Égypte a exprimé son étonnement face aux tentatives de certaines parties d'insulter les efforts considérables qu'elle a déployés - et qu'elle continue de déployer - pendant ces derniers mois pour tenter de parvenir à un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, afin d'empêcher que des centaines de civils innocents soient tués et blessés chaque jour et que tous les aspects de la vie dans la bande de Gaza soient systématiquement détruits, a ajouté M. Rachwan.

Rachwan a expliqué que l'Egypte a remarqué ces derniers temps que certaines parties jouent un jeu consistant à accuser constamment les médiateurs, tantôt le Qatari, tantôt l'Egyptien, et à les accuser de se ranger du côté de l'une des parties et de les blâmer, afin de tergiverser et d'éviter de prendre des décisions décisives concernant l'accord de cessez-le-feu et la libération des détenus israéliens dans la bande de Gaza. "Il a ajouté que l'Égypte n'avait pas été en mesure d'obtenir la libération des prisonniers israéliens en échange de prisonniers palestiniens, afin de préserver les intérêts politiques personnels de certains de ces partis et leurs tentatives de faire face aux crises politiques internes majeures qu'ils traversent.
 
Il a ajouté que le rôle de médiation de l'Égypte dans l'accord de cessez-le-feu et la libération des détenus dans la bande de Gaza et des prisonniers en Israël était basé sur les demandes répétées et l'insistance d'Israël et des États-Unis à jouer ce rôle, ce qui est le résultat de leur prise de conscience du professionnalisme égyptien dans la gestion de telles négociations, d'autant plus que l'Égypte a de nombreuses expériences antérieures réussies, entre Israël et le Hamas.

Rachwan a expliqué que les fausses publications et les mensonges véhiculés sur le rôle de l'Égypte ne peuvent être interprétés autrement que comme une tentative de punir l'Égypte pour ses positions fermes et de principe à l'égard des droits légitimes du peuple palestinien, à la lumière de son rôle de médiateur.

 C'est dans ce contexte que s'inscrit la récente adhésion déclarée de l'Égypte à la nécessité de la présence d'éléments palestiniens du côté palestinien du point de passage de "Rafah" pour que l'Égypte accepte de l'exploiter de son côté, et son refus de reconnaître la légitimité de l'occupation israélienne du côté palestinien du point de passage. C'est également dans ce contexte que s'inscrit la position de l'Égypte, conforme au droit international et au droit humanitaire international, en se joignant à l'État d'Afrique du Sud dans le procès intenté devant la Cour internationale de justice contre les pratiques de l'armée d'occupation israélienne dans la bande de Gaza.

Le président de l'OGI a conclu sa déclaration en soulignant que les tentatives continues de jeter le doute et d'insulter les efforts de médiation et les rôles de l'Égypte, avec des allégations qui contredisent la réalité, ne feront que compliquer davantage la situation à Gaza et dans l'ensemble de la région, et pourraient pousser la partie égyptienne à prendre la décision de se retirer complètement de la médiation qu'elle mène dans le cadre du conflit.

Enfin, Rachwan a tenu les parties concernées, en particulier celles qui répandent des mensonges sur la position égyptienne, entièrement responsables des catastrophes humanitaires sans précédent et de la guerre d'extermination dans la bande de Gaza, du meurtre et des blessures de milliers de Palestiniens innocents, de leur déplacement et de leur famine, et de la destruction de tout ce qui se trouve dans la bande, en plus de la perte de vies de détenus israéliens à la suite de l'opération militaire israélienne agressive.

Related Stories

Les plus visités

From To