18 avril 2021 08:00

La vie partisane en Egypte

lundi، 25 février 2013 - 12:00

La fondation des partis politiques en Egypte au XIXème siècle a été l’expression d’une serie interactions socio-économiques et culturelles, et l’effet de conditions historiques, nationales et politiques, sachant que cette période avait été témoin du développement des institutions de la société moderne, tel le Parlement, le ministère, les syndicats et autres.

Les partis politiques en Egypte avaient graduellement fait leur apparition. Au départ, il s’agissait de groupements sociaux clandestins, puis de groupes à tendances politiques, pour finir par la création des partis. Le leader Moustafa Kamel, était le premier leader qui a fondé un parti avec le nom de "Parti national démocrate", en 1907 .

Puis en moins d’une décennie, des partis se formèrent, se distiguant par leurs structures, leurs puissances, leurs popularités , leurs idéologies et leurs dogmes politiques.

Les partis, créés ainsi en Egypte entre les années 1907 et 1920, étaient l’expression de la situation du pays à cette époque, par rapport à l’occupation britannique et la souveraineté de la Porte Sublime à Istambul.

À l’issue de la Déclaration du 28 février 1922 qui proclamait l’indépendance de l’Egypte, la Constitution de 1923 instaura la monarchie constitutionnelle, le multipartisme et certains principes démocratiques libéraux.

Par conséquent, entre 1923 et 1952, l’Egypte devenait riche en pratique politiques et démocratiques, mais qui se contredisaient à cause de l’occupation, de l’ingérence étrangère, et de l’intervention du Palais dans la vie politique.

A la suite de la Révolution de 1952, le régime en viguer avait obtenu le soutien populaire et avait réussi à liquider l’opposition. La loi du 16 janvier 1953 stipula l’aprogation des partis politiques, puis le régime s’orienta vers la mono organisation politique.

- La mono organisation politique (1953 – 1976):

Cette phase s’est poursuivie jusqu’en 1976, quand le président Sadate annonça le multipartisme. Entre 1953 et 1976, maintes organisations furent créées, comme suit :

1- L’organisme de la Libération:

le 23 janvier 1953, la fondation de cet organisme , comme alternative aux partis politiques, était annoncé comme prélude à une mobilisation politique globale qui corrobore l’orientation de la Révolution.

2- L’Union nationale:

le 16 janvier 1956, le président Nasser avait déclaré la fin de la période transitoire. Conformément à la nouvelle Constitution de 1956, les partis politiques restaient non autorisés, et l’Organisme de Libération était remplacé par l’Union nationale, foyer politique ouvert à toutes les classes de la société.

3- L’Union arabe socialiste:

Le 29 octobre 1962, le défunt président Nasser a déclaré la fondation du comité exécutif supérieur de l’Union arabe socialiste. Le statut organique était proclamé le 8 décembre 1962, et l’en pouvait était disponible à partir de janvier 1963.

Cette organisation s’était distinguée par son cadre relativement étroit, vu que l’Union devenait l’assemblée des forces laborieuses du peuple, et non pas celle de tous les Egyptiens

D’autre part, les ouvriers et les paysans y jouissaient d’ une position privilégiée, vu que la moitié des sièges des organisations populaires et politiques était réservée à ces deux classes.
 

Les objectifs de l’Union se résumaient comme suit :

1- Le monopole de l’Etat sur l’économie nationale, et la création d’un secteur privé chargé d’un rôle catalyseur dans le processus du développement.

2- Le nationalisme arabe.

3- Le règlement passif de la lutte entre les classes.

4- La démocratie.

5- L’engagement à la religion, et la mise en exergue de la liberté de dogme et de culte.

À l’issue de la défaite de juin 1967 et des manifestations de février et d’octobre 1969, l’Egypte a connu une crise grave. L’extension des droits démocratiques aux citoyens, et la liberté d’expression aux différents courants politiques,était revendiquée.

En accédant au pouvoir en 1970, le président Sadate avait lancé les slogans de la souveraineté de l’Etat et de l’Etat des institutions. En août 1974, Sadate a émis le Document de développement de l’Union socialiste.

En juillet 1975, la Conférence nationale générale de l’Union socialiste avait déclaré la création des tribunes au sein de l’Union, dans le cadre de l’engagement aux chartes de la Révolution.

En mars 1976, Sadate avait autorisé le changement des 3 tribunes en partis : la Droite (les Socialistes libéraux), le Centre (l’Organisation arabe socialiste d’Egypte), et la Gauche (le Rassemblement national progressiste unioniste).

Lors de la première session de l’Assemblée du Peuple, le 22 novembre 1976, le président avait proclamé la transformation de ces organisations politiques en partis. En juin 1977, la loi sur les partis politiques était promulguée.

II- Le multipartisme (1977) :

A- Le multipartisme sous le président Sadate (1977 – 1981):
La promulgation de la loi de 1977 avait introduit officiellement en Egypte le multipartisme, sans pour autant annuler l’union socialiste. Bien au contraire, la nouvelle loi avait accordé à l’Union des attributions considérables, notamment l’approbation de la formation des partis.

Conformément à la loi, le statut organique de tout nouveau parti ne doit pas s’opposer à la Charia, doit sauvegarder l’unité nationale, l’équité sociale, le socialisme démocratique et les intérêts socialistes.

Le parti ne doit pas se fonder sur la distinction des classes, des cultes , de la position géographique , de la race, de l’origine,de la religion ou des dogmes.

Après la signature du Traité de paix avec Israël en 1979, une clause avait été ajoutée, stipulant que les fondateurs ou le leadership du parti ne doit pas s’opposer aux articles de ce Traité.

Les Partis qui ont existé sous le président Sadate :

1- Le Parti arabe socialiste d’Egypte (plus tard le Parti national démocrate);

2- Le Parti des Socialistes libéraux;

3- Le Rassemblement national progressiste unioniste;

4- Le nouveau Wafd;

5- Le Parti socialiste du Travail.

Le multipartisme sous le règne de Sadate avait été témoin d’importantes mutations, dont les événements de 1977 et la visite du président à El-Qods (Jérusalem). Cette expérience partisane avait affronté des obstacles et soulevé une forte opposition.

Le régime au pouvoir commença à réduire la participation politique, par :

1- La promulgation d’ une série de lois acculant l’opposition, comme celle du reproche, et celle de la protection du front intérieur et de l’équité sociale;

2- Le cernement de l’activité politique des partis de l’opposition;

3- La poursuite des opinions opposées.

Le procureur social avait le droit d’Interroger certains penseurs, procédure intitulée “enquête ou interrogatoire politique”.

B- Le multipartisme sous l'ex-président Moubarak

Le 15 octobre 1981, l'ex- président Moubarak a tenu les rênes du pouvoir, dans une conjoncture extrêmement difficile.

Il a entrepris le rétablissement de la stabilité dans le pays, notamment après la tension provoquée à la fin du pouvoir de Sadate.

Il a relâché et a rencontré les détenus politiques libérés , autorisé la réapparition de certains journaux, et allégé les contraintes sur l’activité partisane . Une détente politique s’ensuivit , et le nombre des partis politiques s’éleva à 24.

Conformément aux résultats du référendum, qui a eu lieu le 26 mars 2007, l'article n°5 de la Constitution a été modifié pour interdire de fonder les partis politiques sur des bases religieuses, à savoir: le système politique en République Arabe d’Egypte est basé sur le multipartisme, dans le cadre des éléments de base et des principes fondamentaux de la société égyptienne, proclamée dans la Constitution. La loi régularise les partis politiques. Les citoyens ont le droit de former des partis politiques conformément à la loi. Il est interdit d’exercer une activité politique ou de fonder un parti politique sur des références ou des principes religieux, ou sur la distinction de race ou d’origine.

 

Related Stories

Les plus visités

From To