17 janvier 2022 12:26

Le 49e anniversaire de la Marine égyptienne

jeudi، 27 octobre 2016 - 12:37

A l'occasion de la fête de la Marine, le 21 octobre de chaque année, le commandant Mounir a souligné que les forces navales étaient chargées de sécuriser tous les ports égyptiens et les gisements du pétrole et du gaz en Mer, protéger les eaux régionales et faire face aux trafics d'armes, de drogues et aux immigrations clandestines via les côtes égyptiennes. 

Il a indiqué que la Marine égyptienne devrait aussi protéger les navires commerciaux qui traversent le canal de Suez dans les deux sens Nord et Sud et les établissements vitaux dans les différentes directions stratégiques, en collaboration avec les forces armées et leurs formations.      

Le commandant de la Marine a souligné que les forces navales étaient devenues capables de protéger les nouvelles explorations et sécuriser les sources d'énergie en Méditerranée et en Mer rouge grâce à la possession de nouvelles unités dont le Mistral, la frégate mutimissions (FREMM) et des sous-marins de type 209.       

Il a fait état du rôle des forces navales égyptiennes dans le maintien de la stabilité du Yémen, affirmant que des unités de la Marine égyptienne avaient participé, avec la Coalition arabe pour le soutien à la légitimité au Yémen, à l'opération baptisée "restaurer l'espoir" depuis mars 2015.  
         

Les forces navales avaient joué un rôle dans l'opération baptisée "le droit du martyr" au Sinai, à travers l'interdiction du transfert, via la mer, des aides logistiques aux terroristes retranchés et de l'infiltration de nouveaux terroristes pour renforcer les groupes encerclés. 
 

La marine égyptienne est l'ensemble des forces navales de l'Égypte, elle assure la protection des 2 000 kilomètres de côtes de l'Égypte sur la mer Méditerranée et la mer Rouge, et le contrôle du Canal de Suez.

En mai dernier 180 marins égyptiens ont pris la mer pour la première fois à bord du BPC « Gamal Abdel Nasser » pour une semaine de formation pratique assurée par DCI Navfco.         

Le constructeur naval français a en effet déjà livré à la marine égyptienne la frégate multimissions (FREMM) Tahya Misr. Et Le Caire lui a également commandé 4 corvettes Gowind. Et, visiblement, ce n’est pas fini car dans son communiqué, DCNS évoque « d’autres projets (…) à l’étude pour accélérer la montée en puissance opérationnelle de la Marine Egyptienne. »

Le BPC « Gamal Abdel Nasser » a quitté Saint-Nazaire, avec sa batellerie, c’est à dire 2 chalands de transport de matériel de nouvelle génération (DCNS) et 1 engin de débarquement rapide (CNIM). Il doit participer à un exercice avec la Marine nationale avant de prendre la direction de son port base, à Alexandrie.

Le second BPC commandé par l’Égypte, qui s’appellera « Anouar el-Sadate », doit être livré dans le courant du mois de septembre.


L'attaque terroriste a provoqué une brusque prise de conscience de la nécessité de maîtriser l’espace maritime . Un enjeu d’autant plus crucial que la sécurité aux abords du canal de Suez, tant en Méditerranée qu’en mer Rouge, est une condition impérative pour le bon fonctionnement du commerce international, en particulier les lignes maritimes reliant l’Europe et l’Asie, avec entre les deux l’Inde et la région du golfe Persique. L'armée égyptienne veille tout le long de l'ouvrage faisant communiquer Méditerranée et mer Rouge, la marine est chargée d'assurer la protection de ses approches.
Mais ses missions en matière de sécurité maritime vont au delà : « Nous développons notre marine pour faire face à la menace terroriste, mais aussi lutter contre les trafics illicites et l'immigration clandestine », explique l’amiral Mounir Mohamed Raby, chef d'état-major de la marine égyptienne. 

C'est au niveau de la marine égyptienne que le développement est le plus spectaculaire. En 2014, quatre corvettes lourdes de 2500 tonnes, du type Gowind, ont été commandées à DCNS. La tête de série, l’Elfateh, a été mise à l’eau samedi à Lorient, les trois autres étant réalisées en transfert de technologie à Alexandrie. Alors que DCNS négocie une option pour deux unités supplémentaires, le groupe naval français a livré quasiment au pied levé, en 2015, une frégate lourde de 6000 tonnes du type FREMM. Devenue Tahya Misr, l’ex-Normandie, qui allait être réceptionnée par la Marine nationale, a été réadaptée en quelques mois pour l’Egypte et son équipage entrainé, permettant au bâtiment de rejoindre son nouveau pays dès l’été 2015 et d’être avec les trois premiers Rafale livrés par Dassault le fer de lance de la grande revue navale et aérienne marquant l’ouverture du nouveau canal de Suez.

Les BPC viennent compléter les autres moyens de la flotte égyptienne, renforcée avec la FREMM Taya Misr, la plus puissante frégate opérée par les pays du Proche et du Moyen-Orient, ainsi que les bâtiments à venir. Il y a évidemment les corvettes du type Gowind, mais également d’autres équipements acquis par l’Egypte auprès de différents pays, dont quatre sous-marins du type 209/1400 en cours de construction en Allemagne et dont le premier exemplaire est attendu en 2017.

Alignant aujourd’hui quatre sous-marins, deux BPC, 11 frégates, une corvette, 35 patrouilleurs lance-missiles, 23 autres patrouilleurs et 14 bâtiments de guerre des mines, armés par plus de 18.000 hommes, dont 2000 pour les garde-côtes, l’Egypte va clairement consolider son rôle de première puissance navale en Méditerranée orientale et en mer Rouge.

La flotte égyptienne a également entrepris de renforcer ses liens avec ses alliées, occidentales et russe. 

Related Stories

Les plus visités

From To