25 septembre 2021 12:33

Aly Moustafa Mosharrafa

mercredi، 16 septembre 2009 - 12:00

Tout au long de sa vie, il déploya tous ses efforts pour pénétrer au tréfonds des sciences, des arts, de la littérature et de la vie sociale. Né le 22 Safar 1316 de l’hégire, le 11 juillet 1898 à Damiette. Dr. Aly Mosharrafa vécut une enfance heureuse interrompue par la crise du coton en 1907, qui avait frappé toute l’Egypte et provoqué la ruine de son père et la perte de ses 200 feddans.
En 1910 et en dépit de la mort de son père, quelques mois avant les examens de fin d’études primaires, il passa ses examens avec succès et fut classé premier sur toute la République.

Dr Aly Mosharrafa avait trois frères et une sœur plus jeune. Ses trois frères sont : Dr.Moustapha professeur de la langue anglaise à  la faculté des Lettres, université du Caire, Dr Atteya directeur de la bibliothèque de l’université du Caire, le général Hassan, directeur du trafic.

La famille Mosharrafa partit au Caire et résida au quartier d’Abdine. Aly Mosharrafa entra à l’école secondaire Al Abasseya à Alexandrie mais vu l’excellence de son travail et de sa conduite, il fut transféré à l’école secondaire d’ El Saïdia au Caire où il fut vivement admiré par ses professeurs. Sa mère mourut deux mois avant les examens du Baccalauréat.
En 1914, il obtint son baccalauréat et fut classé 2ème au niveau de la République.

En 1917, il obtint le diplôme de l’école supérieure des enseignants. Il fut le premier à  confirmer que l’uranium se trouvait en abondance dans le désert d’Egypte et qu’il représentait la deuxième source de sa richesse nationale après le Nil. Il invita les responsables à  créer un institut scientifique expérimental qui serait consacré à  l’étude de la nature du Nil et de l’équiper en d’un laboratoire au service des expériences scientifiques.
 
Mosharrafa membre de l’association royale britannique 
Il incita les responsables à  exploiter les cascades du Nil pour engendrer l’énergie électrique et à  électrifier le réservoir d’Assouan pour rehausser le quota de chaque égyptien en électricité à  110 kw/h et à  créer l’académie égyptienne de la culture scientifique à  l’instar de l’association royale britannique. Il a été l’un des fondateurs de cette académie et a participé à sa première conférence en 1930.

Le 6 février 1933 il fut choisi membre à  l’académie égyptienne scientifique du département de la physique et des mathématiques.

Le 7 février 1936 il fonda le conseil suprême des recherches et y fut nommé membre. Il présida plusieurs comités dont celui de la physique et celui de la nature du Nil.  Il fonda ensuite l’académie égyptienne des sciences.

Dr Aly Mosharrafa membre du comité international des recherches atomiques 
Dr Adib Abd Allah avait déclaré que les talents scientifiques du Dr. Mosharrafa avaient eu une grande influence sur la lutte nationale par ses tentatives de libérer l’Egypte de l’intervention étrangère surtout dans le domaine scientifique.
Dr.Mosharrafa a toujours préféré que les étudiants se consacrent à  leurs études sans se mêler de   politique. Lui-même , il n’a  jamais adhéré à  un parti quelconque.

Il avait dit à  Nocrashi Pacha : «  ma grande franchise me déconseille de me joindre à  un parti car je risque d’en être exclu. »
Dr. Mosharrafa , Dr Aly Ibrahim, Dr Mohamed Mazhar Said, Mohamed Farid, Abdel Wahab Al Naggar, ont été des membres éminents du conseil d’administration du projet du village. Ils ont œuvré à sauver le village égyptien de la misère. Dr. Mosharrafa comptait parmi les fondateurs de l’association de protection de l’enfance vagabonde.
Rôle du Dr. Mosharrafa dans  l’Union de l’Université
Il participa à  la création de l’Union et œuvra en vue de lui restituer ses traditions et de l’activer. Devenu président de l’Union, Dr.Mosharrafa chercha à la transformer en parlement comprenant une élite de professeurs et d’étudiants qui jouissaient liberté d’exprimer leur opinion en faveur de l’intérêt public.

Avec le Dr. Taha Hussein, Ahmed Amin, Mohamed Tewfik Diab, Abbas Al Akkad, Dr. Mosharrafa participait aux débats organisés à  l’université.

Le 3/1/1932 il épousa une femme très pieuse. Ses noces ont été célébrées sur le navire qui le transportait à  Zurich où il devait participer à  « la conférence mondiale des mathématiques. » Il donna naissance à  deux garçons et deux filles. En 1939 il perdit son second fils, mort 9 mois après sa naissance. Son fils aîné, né le 28/6/1938 avait terminé ses études à  la faculté polytechnique de l’université du Caire . Sa fille Nadia obtint sa licence ès-lettres en langue anglaise de l’université du  Caire. Sa deuxième fille Salwa avait obtenu sa licence ès sciences chimiques de la faculté des sciences de l’université du Caire. Elle travailla au centre national des recherches.

Dr Mosharrafa jouissait d’une grande culture religieuse, il avait appris le coran par cœur et les deux Sahih El Bokhari. Il commençait toujours par écrire « au Nom de Dieu le Miséricordieux et le Clément » en tête de tous ses écrits.
En 1939, il organisa un festival des sciences à  la faculté pour que les visiteurs puissent se rendre compte des activités scientifiques de l’université suivi d’un autre festival de l’exposition de l’énergie atomique.
En 1946, un troisième festival avait pour thème l’histoire des sciences dans la faculté des sciences. Il excellait la langue anglaise.
Chaque année en été il partait pour l’Europe pour y rencontrer ses collègues , ses professeurs et quelques savants, à  l’exemple d’Einstein. Il se souciait de savoir tout ce qui est nouveau dans le domaine de sa spécialité scientifique. Il représenta l’Egypte dans les conférences internationales concernant les mathématiques, l’astronomie et l’histoire des sciences.

Passionné pour la musique, il jouait le piano et étudiait les compositions de Bethoven et de Wagner, de Shubert et de Mendelson.

Il aimait également la musique du grand musicien égyptien Abdel Wahab et il a  conçu un piano arabe, tellement il était épris de la musique.

En 1917, il partit en Grande Bretagne et s’inscrivit à  la faculté de Nottingham où il puisa de ses sources scientifiques. En 1920, il obtint la licence de mathématique avec le grade d’honneur de l’université de Londres. En 1923, il obtint le doctorat en sciences dans le bref délai autorisé par les lois de l’université.
Dr Mosharrafa jouait le tennis et était membre aux clubs d’Héliopolis et de Guezira.

Mort le 16 janvier 1950, tous les journaux, les facultés, les organismes de recherches scientifiques, les institutions de l’Etat ont fait l’éloge du défunt. Le grand savant Einstein a  déclaré : « La mort du docteur Mosharrafa est une vraie perte ».

La « voix d’Amérique » diffusa un programme spécial sur Dr.Mosharrafa le reconnaissant comme l’un des 7 savants du monde à  connaître les mystères de l’atome.

Le nom du Dr Mosharrafa a été donné à  la rue où il habitait et également à des rues d’ Alexandrie et de   Damiette et à  une salle d’études de la faculté des sciences, de même à un laboratoire du département des mathématiques aussi bien qu’à une école préparatoire de Damiette. Membre de l’association royale britannique, Mosharrafa y donnait des conférences auxquelles participaient des savants également membres de l’association.

Le 21/11/1923 Dr.Mosharrafa rentra en Egypte où il travailla comme professeur à  l’école supérieure des enseignants.

Le 24/1/1924, il a  obtenu son doctorat en sciences . En 1926, à  l’âge de 28 ans il fut nommé professeur des mathématiques appliquées à la Faculté des sciences.

Il créa la section de traduction scientifique à  la faculté des sciences. Cette section avait traduit vers l’arabe plusieurs références mondiales sous la supervision du Dr. Mosharrafa.
Il fut nommé doyen de la faculté des sciences, 4 ans successifs.
Le gouvernement américain avait choisi Dr.Mosharrafa comme membre du comité international des recherches atomiques et  l’université de Boston l’a invité en tant que professeur visiteur pour donner des conférences sur l’atome . Cette université comprend une élite de professeurs spécialisés dans les sciences mathématiques, physiques et atomiques dont à  leur tête Einstein, Lizerblac, Eugène, les trois piliers essentiels du projet « Manhattan atome » fondé par le président Eisenhower en 1939.. Projet qui a  présenté la bombe atomique qui a  mis fin à  la 2ème guerre mondiale.

L’université de Bristol et la chance dorée
Dans cette université Dr.Mosharrafa avait réussi à  promouvoir ses recherches sur l’atome avec assiduité et en 1929, les résultats de ses recherches sur les électrons positifs , la mécanique des ondes et le dualisme de la matière et de la radiation, furent publiés dans les périodiques mondiales. En 1932, il publia une recherche brillante intitulée: « La radiation et la  matière peuvent-elles être deux faces d’ un phénomène cosmique unique ?»
Il a  prouvé dans sa recherche, cette règle scientifique : « La matière, l’énergie et la radiation ne sont qu’une seule chose. »

Ses recherches relatives à la relation entre la matière et la radiation 
En 1937 il acheva sa célèbre recherche sur l’échelle musicale arabe et la publia dans le magazine « Natuare » et dans la revue de l’association égyptienne des sciences.
Ensuite il publia une recherche sur l’équation de Maxwell concernant la vitesse changeante de la lumière.
En 1942, ses recherches portèrent sur les principes de l’infini, sur les longitudes et sur les latitudes et les surfaces des rayons qui les concernent.
En 1944, il présenta une recherche sur les transformations coniques.
En 1945, sur l’équation du mouvement partiel et mobile . 
En 1948 sur la fission du noyau de l’atome .

Dr.Mosharrafa avait été le premier à effectuer des recherches sur la mesure du vide, basées sur la théorie de Einstein concernant le mouvement du corps mobile dans le domaine de l’attraction.
Il ajouta de nouvelles théories pour expliquer la radiation émise par le soleil. Il a  prouvé que la matière, à  l’origine est une radiation. Cette théorie a  permis au monde de transformer la matière atomique en radiations.

Il comptait parmi ceux qui connaissaient le secret du démantèlement de l’atome, et parmi ceux qui se sont opposés à son emploi dans les guerres. Il a été le premier à  ajouter une nouvelle idée ; celle de dans la fabrication de la bombe mais il était contre son emploi. Il a fait près de 15 recherches distinguées sur la quantité, l’atome, la radiation, la mécanique et la dynamique.
 
On a  retrouvé plus de 200 brouillons de ses recherches. Il s’attendait à  recevoir le prix Nobel pour ses différentes recherches. Il disait « Il est préférable que les universités parviennent à  former un seul savant chevronné que plusieurs savants inutiles » . Il lutta en faveur de l’esprit scientifique. Au programme de la radio intitulé « propos des savants » il déclara : : Il faut créer et encourager l’esprit scientifique qui se distingue par l’expertise et la logique .

Il traita plusieurs idées au cours de ses conférences et dans ses articles  le règlement du problème de la pauvreté , la science et les mœurs, la science et l’argent, la science et l’économie, la science et la société etc.. Il invita les savants à  simplifier la science au niveau du simple citoyen pour qu’il soit au courant de l’évolution scientifique. Il a lui-même simplifié plusieurs livres tels : la théorie du relativisme, l’atome et les bombes, nous et la science, la science et la vie.

Il accordait une grande importance à  l’atome et à  la radiation, et il disait :  « le gouvernement qui néglige l’étude de l’atome, néglige tout autant la défense de sa patrie ». Il participa à  la revivification des livres concernant les génies de l’Islam, tel le livre de Khawarzmi en Algèbre, du Faraby en Médecine, d’El Hassan Ibn El Haytham en Mathématiques et autres… Il estimait que le professeur devait être en perpétuel contact avec la vie et être en même temps un agent efficace capable de sensibiliser l’opinion publique aux évènements que la patrie traverse.

Il était également convaincu que la science devait se mettre toujours au service de l’homme et que le meilleur moyen de dcontrer l’ennemi était de se mettre au même pied d’égalité que lui. Si les Allemands étaient parvenus à  fabriquer la bombe atomique avant les alliés, la guerre mondial ,aurait connu une autre fin.

Dr. Aly Moustafa Mosharrafa est mort à  l’âge de 52 ans le 15 janvier 1950.
 
 
 
 
 

Related Stories

Les plus visités

From To